Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des 70 000 entreprises du Var

Entreprise : la nouvelle donne de l'emploi

Dans un paysage économique qui tourne la page de la crise sanitaire et de deux années de turbulences, le schéma de l’emploi et les relations entre l’entreprise et ses collaborateurs a profondément évolué : Alternance, missions, management participatif, le monde du travail connaît des bouleversements sans précédent.
  • #EMPLOI
  • Entreprise, la nouvelle donne de l'emploi
    Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
    Partagez par Email
    Imprimez
    Mercredi 16 mars 2022

    Les nouvelles positives se succèdent sur le front de l’emploi. Au fur et à mesure que la situation sanitaire s’améliore après la période marquée par l’épidémie de Covid, les entreprises poursuivent leur remontée en puissance, et ce redémarrage s’accompagne de recrutements et de renforcements d’effectifs. Ainsi, selon les chiffres publiés par l’INSEE venant confirmer les données de Pôle Emploi, le chômage a nettement reculé en France au quatrième trimestre, atteignant même son niveau le plus bas depuis 13 ans. Un repli de 0,6 point en trois mois qui a mis fin à une période de relative stabilité qui durait depuis une année, grâce notamment aux divers dispositifs de soutien et d’accompagnement des entreprises mis en place par le gouvernement. Ce service du ministère du Travail n’a cessé de signaler, tout au long de l’année dernière, une baisse continue du nombre de personnes inscrites à Pôle Emploi, mais, jusqu’ici, elle ne s’était pas encore traduite dans les chiffres de l’Insee (fondés sur une définition différente du chômage).

    En ce qui concerne l’intérim, qui est souvent un indicateur « annonciateur » des tendances à venir pour les chiffres de l’emploi, il est également en hausse (de plus de 5 % par rapport à la même période de 2019), même s’il est difficile de distinguer les besoins de main-d’œuvre « bruts » des nombreux remplacements dûs aux absences pour cause de contaminations. Quoi qu’il en soit, la machine économique est désormais repartie, entraînant avec elle son cortège de recrutements temporaires ou pérennes.

     

    Un nouveau rapport au travail

    Mais ces deux ans de crise sanitaire ont profondément modifié le paysage économique hexagonal, rebattant parfois les cartes des relations sociales et faisant naître chez les Français et les Varois un autre rapport au travail, fait d’exigences nouvelles et d’aspirations, autrefois secondaires, qui passent désormais au premier plan. Le recours massif au télétravail pendant la première période de confinement - et plus généralement durant toute la crise - a en effet changé la donne. En premier lieu, nombreux sont les salariés qui se sont habitués à ce nouvel environnement et y ont trouvé de multiples bénéfices, entre la réduction du stress lié au temps de transport et une plus grande souplesse dans l’organisation de la journée. En deux ans, les managers et les dirigeants ont donc vu apparaître de nouveaux schémas d’organisation, qu’il convient d’intégrer dans le fonctionnement de l’entreprise, avec toutes les contraintes que cela implique. Des managers dont la perception même évolue : ainsi, 82 % des personnes interrogées considèrent que la qualité première d’un manager est le fait de savoir déléguer et de faire confiance, très loin devant les valeurs liées à l’autorité ou même au charisme. Le management post-crise a donc tout intérêt à rendre les salariés plus autonomes : cela n’inversera pas la hiérarchie mais imposera les salariés comme des éléments à part entière de l’entreprise, privilégiant l’autonomie et l’initiative au contrôle rigide et normé, générant un climat basé sur l’écoute, l’échange et à terme la reconnaissance.

    Au-delà de l’organisation, la crise semble avoir confirmé une tendance de fond : en plus de la multiplication des tâches immatérielles, qui demandent de plus en plus de compétences qui ne sont pas forcément liées à un outil de travail situé dans les locaux de l’entreprise, les notions de poste et de carrière ont petit à petit reculé, cédant la place à des notions de missions. La division accrue du travail a créé des fonctions de plus en plus spécialisées, et de nouveaux métiers apparaissent et évoluent constamment.

     

    Le recours à de nouveaux schémas relationnels entre l’entreprise et ses collaborateurs

    Par ailleurs, les sacro-saints CDD et CDI apparaissent de moins en moins comme des repères intangibles. L’explosion de la création des auto-entreprises depuis deux ans est une preuve supplémentaire que de nombreux Français ne font plus du salariat un prérequis indispensable, préférant travailler dans le cadre d’une relation plus souple, en fonction de missions ou de projets.

    Longtemps en retard par rapport à d’autres pays européens, la France redécouvre l’alternance et l’apprentissage, deux autoroutes vers l’emploi dont les valeurs sont aujourd’hui plébiscitées : une formation plus axée sur la pratique que le théorique, la co-construction d’un projet personnel et professionnel, et l’accompagnement intergénérationnel. Le « Point Orientation Apprentissage » de la CCI du Var est ainsi aux côtés des entrepreneurs varois pour leur donner toutes les informations pratiques sur les aides et les processus de recrutement.

    Il en va de même pour des dispositifs comme ARDAN, en lien avec le CNAM, qui permettent de mettre un pied dans l’entreprise en une période d’essai active qui lie la découverte de l’entreprise d’accueil et une formation pratique. En 2021, ce sont ainsi une trentaine de dossiers qui ont été instruits dans le Var, dans des structures de taille moyenne, et avec un taux d’embauche de 70 % après la période de six mois.

    Autant de schémas pour lesquels les équipes de la CCI du Var, mobilisées pour l’emploi et le développement des entreprises, sont à l’écoute des dirigeants pour leur apporter conseils et accompagnement.

     

    Retrouvez les articles du dossier :  (A MODIFIER - ATTENTION )