Actualités

Tout savoir sur le plan de relance de 100 milliards d'euros

Le gouvernement a présenté jeudi 3 septembre son plan de relance de l'économie suite à la crise sanitaire. 100 milliards d’euros sont engagés pour faire redémarrer la vie économique, autour de 3 volets principaux : l'écologie et la transition vers une économie plus durable, la compétitivité afin d'offrir aux entreprises des conditions les plus favorables pour se développer et créer de l'emploi, et la cohésion territoriale et générationnelle.

MOTS-CLES:

A crise exceptionnelle, dispositif exceptionnel : le gouvernement a dévoilé jeudi 3 septembre les détails de son plan de relance XXL, afin de combattre les effets nés de la crise sanitaire et du confinement. Un plan qui vise à injecter un souffle nouveau dans l'économie française, mais qui veut aussi la transformer durablement en l'orientant vers de nouvelles filières, de nouvelles opportunités de croissance.

La transition énergétique, un levier primordial

Ainsi, le gouvernement a décidé de consacrer près d'un tiers des financements au volet de la transition énergétique : 30 milliards seront fléchés pour accélérer notamment l'isolation et la rénovation énergétique des bâtiments, à la fois pour les bâtiments publics (mairies, écoles, universités, etc) avec cinq milliards, et les bâtiments privés avec deux milliards. Les entreprises du secteur doivent cependant s'engager à limiter le recours au travail détaché, afin que cette relance bénéficie aux entreprises nationales. La prime pour la rénovation énergétique attribuée aux ménages va par ailleurs être ouverte plus largement.

Un soutien important sera apporté au transport ferroviaire avec le développement du fret, ainsi qu'aux modes de transports "doux" comme le vélo, et le renforcement des primes pour l'achat de véhicules électriques moins émetteurs de CO2.

L'alimentation ne sera pas oubliée avec notamment un volet consacré à l'agriculture biologique, le soutien aux circuits courts ou la modernisation des abattoirs. Le gouvernement veut enfin miser gros sur l'hydrogène, avec deux milliards débloqués d'ici 2022 : "Cet effort important en faveur de l'hydrogène, qui fait partie des énergies propres de demain, est une bonne nouvelle pour le Var, s'est réjoui Jacques Bianchi, le président de la CCI du Var. Nous figurons en effet parmi les départements en pointe sur le sujet, notamment via le programme Hynovar".

En savoir plus sur l'hydrogène made in Var, au service d'une économie innovante vertueuse et prometteuse.

Renforcer la compétitivité des entreprises

Le gouvernement souhaite accompagner les entreprises vers le renforcement de leurs fonds propres, en leur permettant entre autres de prolonger le remboursement des prêts contractés pendant le confinement à des taux attractifs. En contrepartie de ces aides, elles devront s'engager sur une gouvernance environnementale, sociale (égalité femme-hommes) et participative, via notamment l'intéressement des salariés.

Des relocalisations industrielles doivent être opérées dans des secteurs stratégiques comme l'agroalimentaire (diversification des approvisionnements, création de capacités de production), l’électronique, les intrants critiques pour l'industrie comme les matières chimiques, la santé et les principes actifs pour les médicaments, l'industrie du mobile et de la 5G, ou les objets connectés - avec un milliard d'euros pour les nouveaux projets de production locale et la baisse des impôts de production.

Le plan vise enfin à relancer les secteurs de pointe sur le territoire national, parmi lesquels le traitement des déchets, le calcul quantique, le numérique ou les énergies renouvelables. Les petites et moyennes entreprises bénéficieront de 380 millions d'euros pour accélérer leur numérisation.

Le gouvernement a choisi de s'appuyer sur les CCI pour des domaines précis, pour lesquels ses compétences sont reconnues. En premier lieu l'accompagnement des commerçants et indépendants à la transition écologique, les CCI possédant un riche maillage territorial et une grande connaissance du terrain. Ainsi que l'accompagnement des TPE et PME vers la transformation numérique avec le partenaire France Num, la relance de l'export via la Team France Export dont les CCI sont moteurs avec Business France, et enfin l'appropriation des nouveaux usages (télétravail, dématérialisation) dans les entreprises, et l'inclusion numérique (tiers-lieux).

La cohésion territoriale au coeur du plan de relance

35 milliards d'euros seront affectés enfin à la cohésion sociale et territoriale. 6,7 milliards d'euros seront par exemple consacrés au "plan jeunes" pour encourager les entreprises à embaucher 500 000 d'entre eux, par le biais de parcours d'insertion aux métiers d'avenir ou par des formations qualifiantes. Le réseau des CCI, acteur de la formation et de l'insertion, prendra sa part à cette ambition, notamment via l'apprentissage.

Une enveloppe de 100 millions d'euros est aussi prévue pour les entreprises qui embaucheront des personnes handicapées, sans limite d'âge. Et 7,6 milliards d'euros sont fléchés pour la création d'un "bouclier anti-chômage" combinant soutien à l'activité partielle de longue durée et les projets de reconversion, avec la formation à de nouvelles compétences, comme la rénovation énergétique. Enfin, un volet du plan est aussi consacré au désenclavement des territoires par des investissements massifs dans les équipements hospitaliers, l'accélération du déploiement de la fibre ou la construction de logements.

Un suivi en lien avec les territoires et le réseau des CCI

Par ailleurs, les réformes structurelles se poursuivront afin de limiter les dépenses publiques considérées comme inutiles : le nombre d'emplois publics sera ainsi stabilisé, promet le gouvernement.

Pour piloter le suivi de ce plan et assurer le relais dans les territoires, le gouvernement va installer des sous-préfets à la transformation et la relance dans toutes les régions d'ici le début de l'année 2021. "La CCI du Var, tout comme le réseau des CCI, sera particulièrement attentive à la déclinaison territoriale de ce plan de relance ambitieux, a commenté Jacques Bianchi. Nous sommes prêts à participer aux comités régionaux de suivi aux côtés des collectivités territoriales, des représentants de l'État et des organisations professionnelles".