Actualités

Port du masque en entreprise : une obligation dès le 1er septembre

Élisabeth Borne, la ministre du Travail, a annoncé mardi 18 août la mise en place du « port du masque systématisé » dans tous les espaces clos et partagés en entreprise.

MOTS-CLES:

C’est désormais officiel. Le port du masque sera obligatoire en entreprise, début septembre, y compris dans les open spaces, a annoncé, mardi, la ministre Élisabeth Borne, à l’issue d’une rencontre avec les partenaires sociaux. 

Dans tous les espaces de travail qui sont « clos et partagés », comme les « salles de réunion, couloirs, vestiaires, open space », la ministre du Travail, Élisabeth Borne a précisé que le port du masque sera une obligation. « Il est nécessaire de systématiser le port du masque », a-t-elle souligné, après deux heures de visioconférence avec les représentants syndicaux et patronaux. Les salariés devront désormais porter leur masque partout où l’on est susceptible de se croiser.

Cette mesure sera consignée «dans les prochains jours» dans un «protocole national pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs en période de Covid-19», en vue d'une application pour «la fin août», a encore expliqué la ministre. En fonction de l'évolution sanitaire et des typologies de locaux d'entreprises, cette mesure pourra souffrir de «dérogations» après avis des autorités du santé.

Le coût des masques à la charge de l'employeur

Considéré comme un «équipement individuel de sécurité», le coût du masque, chirurgical ou en tissu, est à la charge de l'employeur. Le chef d’entreprise devra donc fournir son personnel en masque de protection et faire respecter le protocole.

Par ailleurs, des mesures spécifiques, à définir, seront applicables pour l'hébergement des travailleurs saisonniers et les abattoirs, qui se sont révélés des foyers de contamination cet été, a indiqué à l'AFP, Yvan Ricordeau, de la CFDT, présent à cette réunion qui s'est déroulée en visioconférence.

La ministre du Travail a aussi incité les partenaires à entamer et à accélérer une négociation sur le sujet du télétravail qui reste recommandé dans les zones où le virus circule activement.