Actualités

Les entreprises varoises ont le cœur sur la main

Aider les plus fragiles, se rendre disponible à la communauté, mettre ses moyens techniques et ses connaissances au service de tous…

MOTS-CLES:

Dès le démarrage de l'épidémie de Covid 19, de nombreuses entreprises varoises ont spontanément fait la démarche de la solidarité et de l'entraide. Tour d'horizon - forcément non exhaustif - de ces beaux gestes.

Des petits gestes qui font chaud au cœur et qui remplissent le ventre

À l'échelle du Var, elles sont nombreuses les petites attentions imaginées par les professionnels de la restauration et de l'alimentaire pour donner un peu de baume au cœur aux infirmiers, infirmières, médecins, urgentistes et au personnel soignant dans son ensemble, engagés corps et âme dans cette guerre implacable contre le coronavirus. Impossible de lister toutes ces initiatives, tant l'élan de solidarité et de partage est apparu comme une évidence chez les restaurateurs du département.

Ainsi, le restaurant Truc Dao a offert des plateaux-repas pour les équipes de l'hôpital Sainte-Musse : « Régalez-vous, reprenez des forces, et vous allez gagner cette bataille », a simplement lancé Ngoc Anh Nguyen Ha, la responsable. Idem pour L'Atelier des Choux, qui donne les invendus le soir à 18h30 au personnel hospitalier.

Des pizzas et des boissons énergétiques

La pizzeria Taormina, dans le centre-ville de Toulon, a redémarré son four pour confectionner des pizzas à destination des équipes de l'hôpital Sainte-Musse. Le pizzaiolo a rempli une autorisation dérogatoire, enfilé ses gants et respecté strictement les règles de sécurité sanitaire pour préparer, cuire et livrer des pizzas chaudes et croquantes au personnel soignant du plus grand hôpital du Var. Quant à l'entreprise tropézienne Hawk Fuel, elle a offert 400 canettes à l'hôpital de son territoire afin d'apporter un peu de réconfort et surtout beaucoup d'énergie au personnel soignant, qui enchaîne les heures sans compter. « C'est une manière d'adresser un grand merci à toutes ces femmes et tous ces hommes qui sont en première ligne, des soignants aux employés de la grande distribution en passant par les chauffeurs, etc. », a résumé son dirigeant.

Le laboratoire Indemne à l'écoute des personnes isolées

La fondatrice du laboratoire Indemne, qui conçoit des produits cosmétiques, a très rapidement souhaité se mettre à la disposition des personnes âgées de son entourage de proximité. Christine Simon a en effet dédié sa ligne téléphonique professionnelle pour rompre l’isolement des personnes seules ou inquiètes.

Pour parler avec elle, un seul numéro, le 04 94 57 69 29, du lundi au vendredi de 14 heures à 17 heures et le samedi de 9 heures à 13 heures. « Et dites mayday, un petit sos pour qu'on vous vienne en aide ! », sourit-elle.

Un volant pour conduire les soignants

Avec la mise en place du confinement, Stephan Waechter, artisan chauffeur VTC à Saint-Raphaël, s'est retrouvé avec une activité quasiment à l'arrêt. Alors il a choisi de mettre son temps et son véhicule au service du personnel soignant de l'agglomération de Fréjus et Saint-Raphaël. Pas de formulaire ou de dossier à remplir, « si vous êtes infirmier, médecin, aide-soignant, il vous suffit de me présenter votre carte professionnelle et je vous raccompagne où vous voulez dans l'agglo si vous êtes trop fatigué pour conduire, résume-t-il. Je le fais gracieusement, simplement pour remercier ces héros du quotidien de leur engagement exceptionnel ». Et ce, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit !

L'AGPM offre plusieurs centaines de masques

Le groupe AGPM, assureur varois spécialiste de la communauté Défense et sécurité, a fait un don de masques au profit des infirmières et médecins libéraux du Var. Il a ainsi livré 100 masques FFP2 et 450 masques chirurgicaux au profit de l’Union régionale des professionnels de santé et médecins libéraux PACA. Par l’intermédiaire du docteur Wilfrid Guardigli, médecin généraliste à La Seyne, ces masques seront ensuite distribués aux infirmières et médecins libéraux du Var qui connaissent aujourd’hui de grandes difficultés d’approvisionnement. Quelques jours plus tard, ce sont 120 masques FFP2 et 200 masques chirurgicaux qui ont été offerts au lieutenant Marc Billo, sapeur-pompier du groupement Ouest de Toulon.

Des masques pour les personnels exposés

Pour travailler dans de bonnes conditions sanitaires, les entreprises doivent équiper leur personnel. C'est le cas pour les hôtes de caisse de la grande distribution, qui reçoivent chaque jour des clients, ou pour les agents de sécurité et des forces de l'ordre. Pour limiter le risque de contamination par projection, l'idéal est de porter un masque ou une visière. Ainsi, dans l'agence Ease Designers à Nice, un jeune designer sorti du lycée La Tourrache a travaillé avec un infirmier à la conception d'un masque anti-projection réalisable avec des moyens simples par tous. Destiné à un usage professionnel il doit bien sûr être utilisé en accord avec les recommandations d'hygiène en vigueur dans les services, et ne dispense pas des autres moyens de protections conventionnels (masque papier, lunettes, charlotte ou autre). L'agence a mis en ligne un tutoriel afin de donner la marche à suivre pour construire soi-même cette visière : la première version a été partagée plus d'une centaine de fois, et des améliorations ont été apportées à la suite des premiers retours.

System Factory se mobilise

System Factory a également battu le rappel auprès de son écosystème pour fabriquer des visières : depuis leur fablab, ils conçoivent et produisent des visières anti-projections, à partir de feuilles transparentes fournies gratuitement par Charlemagne. Sur une idée de Cesigma et avec la collaboration de l'Université de Toulon et de TVT, la petite équipe a imaginé un design repensé pour une production rapide à la découpe laser plutôt qu'en impression 3D, pour être en mesure de produire 100 pièces à la fois.

Dans la foulée, le collectif varois Visière Solidaire a créé une cagnotte Leetchi pour acheter des matières premières destinées à la fabrication de visières de sécurité. En à peine une semaine, ce sont en effet plus de 2 500 visières qui ont été fabriquées et livrées. Grâce aux dons de particuliers et d’entreprises, les makers (ils sont environ 50 à ce jour) ont pu travailler sans relâche 24h/24. Mais il faut continuer d'approvisionner les propriétaires d’imprimantes 3D en matériel (plastique, élastiques…) qui ont déjà écoulé tout leur stock personnel. Ouverte le 31 mars, la cagnotte a récolté plus de 7 000 euros en une semaine !

Contact : 06 19 93 28 73

Groupe Facebook "Shields - visieresolidaire - Covid19 - 83 - Var"