Actualités

Les entreprises s'adaptent à la crise du Covid-19

Du fournisseur d'énergie sur le pont au fabricant de produits de signalétique qui réoriente sa production en passant par le magasin de jardinage qui doit reporter son ouverture, tour d'horizon non exhaustif des entreprises varoises qui ont su (ou dû) s'adapter à la crise sanitaire

MOTS-CLES:

Dullac fabrique des hygiaphones pour les commerces

L'entreprise Dullac, spécialisée dans la signalétique, a décidé de fabriquer des "pare-postillons" avec du plexiglas pour les pharmaciens et commerçants.

Les hygiaphones, qui avaient disparu du paysage ces dernières années, sont de nouveau utiles : ainsi, l'entreprise Dullac, basée à La Garde, a accéléré la production de ce paravent qui protège le personnel et rassure les clients. 

Pour livrer dans la journée ou à travers toute la France en 24 heures, le bureau d’études de l'entreprise a conçu un modèle qui se décline en 2 tailles, afin de s’adapter aux caisses des magasins d'alimentation ou aux comptoirs des administrations, pharmacies, bureaux de tabac, etc. « Le plexiglas est fragile au transport, d’où l’attention portée à son emballage, explique Christofer Guillard, cogérant de l’entreprise. Son montage rapide et facile permet de garder un prix solidaire pour que tous puissent s’équiper rapidement ». L’entreprise, qui a investi 300 000 € l’an dernier dans cette machine découpe de plexiglas, travaille avec des plages horaires élargies « pour livrer vite, comme l’attendent nos clients ». La liste des secteurs intéressés devrait s’allonger : deux réseaux, de fournitures de bureau et d’immobilier, ont déjà demandé des devis pour leurs agences.

Fermé au public, Dullac a mis le produit sur son site de vente en ligne avec une livraison rapide. Mais pour gagner 24 heures, certains commerçants préfèrent passer directement les prendre à l’atelier. 

Site internet de l'entreprise Dullac.

Obioseed à Signes fabrique du gel hydroalcoolique en continu

Obioseed (anciennement Sanogia), l'une des sociétés du groupe Altea, est depuis 20 ans un fabricant de solutions de désinfection. Dès le début de la crise, l'équipe dirigeante a immédiatement voulu se mobiliser pour apporter son expertise et son savoir-faire. L'entreprise a alors complètement adapté ses lignes de production pour pouvoir sortir 7 jours sur 7 d'importantes quantités de gel hydroalcoolique. Un produit qui figurait déjà dans le catalogue, mais dont la demande a bien évidemment explosé. Aujourd'hui, les clients appellent de toute la France - grossistes, collectivités, etc. - et certains viennent même chercher les produits directement dans l'usine de Signes afin de gagner quelques précieuses heures.

Par ailleurs, Obioseed commercialise d'autres produits adaptés à la crise sanitaire actuelle, comme Hydrobact ou le Pentas-pray SR+ qui a passé avec succès les tests sur le marqueur du coronavirus (en moins de 5 minutes pour les surfaces). "Je tiens à remercier nos salariés qui viennent travailler, car pour eux cela a du sens. Celui de contribuer aux besoins de santé publique en répondant à une demande croissante en produits de désinfection", se félicite la direction de l'entreprise.

Consultez le site internet d'Obioseed.

Signes, une zone d'activité solidaire

À quelques centaines de mètres d'Obioseed, l'entreprise Quai Sud - qui fabrique des spécialités d'épicerie fine - a elle aussi répondu à l'urgence sanitaire. C'est en effet sur ses lignes d'emballage que sont conditionnés les gels hydroalcooliques fabriqués chez son voisin : « Depuis le début de la crise, notre outil de production est entièrement configuré et dédié à cette tâche. Nous soutenons ainsi le travail des professionnels de santé, du personnel dévoué dans les EHPAD et des services publics. Merci à toute notre équipe qui est sur le pont et met toute son énergie positive pour aider avec ses moyens disponibles dans ces temps difficiles. 

Sniffy passe du parfum au gel hydroalcoolique

Le startupper à succès Alexandre Juving-Brunet cartonne depuis quelques mois avec son Sniffy, un écran tactile qui permet de joindre l'odeur du produit à la publicité affichée à l'écran. mais la crise du coronavirus lui a fait changer ses priorités : il a ainsi adapté son appareil en le transformant en Sniffy Health, le parfum liquide diffusé habituellement étant remplacé par de l'alcool de blé crtifié Ecocert pur à 9%.

Ainsi, l'appareil vaporise de l'alccol pour se désinefcter les mains avec une concentration plus forte que dans les flacons de gel hydroalcoolique classiques. Chaque cartouche d'alcool permet de générer 2000 coups de spray et de désinfecter ainsi les mains de cinq cents personnes. Une solution qui devrait équiper très rapidement des hôpitaux, des cabinets médicaux ou des maisons de retraite.

L'ouverture du magasin Irrijardin à La Seyne est reportée

L'inauguration du nouveau magasin et son ouverture au grand public étaient programmées le 19 mars… mais il va falloir attendre.

À La Seyne, Damien Saby est à la tête d'une nouvelle franchise du groupe Irrijardin, leader français de l’équipement pour la piscine, le spa et l’arrosage de jardin, et l'épidémie de Covid 19 a bien évidemment gelé son tableau de marche. « J'ai recruté une personne le 2 mars, qui m'a accompagné dans la mise en place du magasin et qui devait travailler avec moi, explique-t-il. J'ai donc lancé les démarches pour bénéficier des mesures de chômage partiel. Et toutes les actions de communication et de promotion sont bien évidemment interrompues ». Heureusement pour le nouveau dirigeant, le  propriétaire des locaux s'est montré conciliant et a accepté de ne pas demander de loyer tant que le magasin ne sera pas pleinement ouvert. Idem pour le groupe Irrijardin, qui a décalé les traites de paiement des droits de franchise. Quant au remboursement de l'emprunt bancaire contracté pour financer le démarrage de l'activité, il n'interviendra que dans six mois.

En attendant - la quasi-totalité des produits ayant été livrés avant le début de la crise - le magasin Irrijardin propose un service de livraisons.

GRDF mobilisé pour ses clients

À l'image de GRDF, les fournisseurs d'énergie poursuivent leur mission, dans le respect des mesures sanitaires de sécurité.

En  cette  période  de  confinement,  la continuité de certains services est indispensable à la bonne marche de la société, et notamment la fourniture d'énergie. C'est le cas par exemple de la livraison de gaz : « Chez GRDF, nous suivons un scénario de crise, dans lequel les salariés qui ne participent pas directement aux activités essentielles travaillent à distance, ou sont mobilisables pour relever leurs collègues sur le terrain, détaille Erick Mascaro, directeur de GRDF dans le Var. Et afin de protéger l'ensemble de nos équipes, nous prenons des mesures de prévention et de protection individuelles et collectives renforcées, notamment en matière d’hygiène ». GRDF a ainsi mis en place des modes opératoires très stricts : en amont de l’intervention, des appels téléphoniques préalables sont désormais obligatoires pour que le client puisse indiquer aux équipes la présence d’une personne en isolement ou contaminée afin d’anticiper le besoin de précautions ou d’équipements particuliers.

En cas de réponse positive du client, seules les activités d’urgence sont effectuées en respectant le mode opératoire (strict respect de la barrière des 2 mètres). Il s'agit de tout ce qui permet d'assurer la chaîne de sécurité gaz avec les interventions d’urgence, les dépannages, les mises hors service en sécurisation et la conduite et l’exploitation du réseau, ainsi que ce qui permet d'assurer les interventions de santé publique d’urgence avec notamment les mises et remises en service des usagers afin qu’ils puissent se chauffer, avoir de l’eau chaude et cuisiner.

En cas de réponse négative, les interventions prévues sont effectuées en respectant bien sûr le mode opératoire et la barrière des 2 mètres. « Enfin, pour les interventions qui ne présentent pas de caractère urgent, nous proposons un report progressif et adapté des interventions. Des dispositions qui sont plei-nement conformes à celles demandées par les pouvoirs publics afin de protéger à la fois nos salariés et nos clients.