Actualités

Fondation Carmignac, une formidable opportunité pour les entreprises varoises

L’ouverture de la Villa Carmignac a fourni du travail à de nombreuses entreprises varoises. Et les retombées se mesurent également en termes d’emplois.

MOTS-CLES:

Depuis le début du mois de juin dernier, la Fondation Carmignac a ouvert sur l’île de Porquerolles un lieu d’exception dédié à l’art contemporain. Plus qu’un musée, la Villa Carmignac est une véritable expérience qui se découvre pieds nus, en lien avec la nature environnante. Elle est née d’un coup de cœur de l’homme d’affaires Édouard Carmignac pour une ferme porquerollaise, qu’il a voulu transformer en un lieu susceptible d’accueillir son extraordinaire collection constituée au fil des années et des rencontres.

Événement culturel majeur pour les îles d’Or et le Var, l’ouverture de la Villa Carmignac s’est également accompagnée de très intéressantes opportunités pour les entreprises du territoire, nombreuses à intervenir sur le site. Une démarche volontaire et assumée : “Tisser un réseau d’entrepreneurs locaux fait partie de l’esprit du projet, explique Charles Carmignac. Nous souhaitons vraiment ancrer la Villa dans le territoire et sur- tout ne pas créer une île dans l’île”.

Terrassement et espaces verts

Parmi les entreprises mobilisées, on remarque entre autres Granet et Fils à La Garde qui a assuré des travaux de terrassement, SENEC, poids lourd de la construction dans le Var, Méditerranée Environnement pour les espaces verts, la compagnie TLV qui a affrété un navire pour l’inauguration et assuré la livraison des matériaux de construction et des œuvres ou encore Securi France Toulon qui est en charge de la sécurité.

De par l’implantation du bâtiment, et les contraintes liées au parc naturel, le chantier a donné lieu à de multiples tours de force techniques. Ainsi, le gigantesque plafond transparent de 10 mètres sur 8 mètres qui surplombe la grande salle d’exposition a été acheminé depuis l’Italie. Arrivé à Porquerolles à bord du bateau “Le Gapeau”, il lui a fallu près de 24 heures pour parcourir en camion les quelques centaines de mètres qui séparent le port de la Villa. “À certains endroits, on passait au milieu des arbres, et ça se jouait au millimètre !”. Une grue a ensuite soulevé les 17 tonnes de la verrière pour la poser délicatement sur le bâtiment.

Par ailleurs, les bancs massifs en bois d’eucalyptus de l’île, disposés dans le jardin ont aussi leur histoire : coupés par les bénévoles de l’association environnementale Les Casques Verts, ils ont ensuite été travaillés et sublimés par l’un des lauréats de la Design Parade, futur designers ou architecte d’intérieur.

L’implantation de la fondation est également positive pour l’emploi direct local. L’établissement fait en effet travailler 4 personnes à temps plein (une directrice générale, un intendant, etc.), et régulièrement de 20 à 30 intérimaires en fonction de l’affluence, principalement en charge de l’accueil du public.

Consultez le site internet de la Fondation Carmignac.

Premiers chiffres encourageants

Inaugurée le 2 juin, la Villa Carmignac a rapidement trouvé son public. La fréquentation sur les quatre premiers mois s’établit en effet à 50 000 personnes. Les visites s’effectuent sur un flux volontairement maîtrisé, à raison de 50 personnes par tranche de 30 minutes. “De cette manière, on prend le temps de vraiment voir les œuvres, on n’est pas pris dans un flot de visiteurs, explique Charles Carmignac. Cela nous permet de proposer un endroit exclusif… mais surtout pas réservé à une élite”.