Actualités

Décalaminage : du garage point S de Draguignan aux frégates de la Marine

MOTS-CLES:

S'il fallait une histoire entrepreneuriale pour illustrer l'importance du réseau et des mises en relation, on pourrait choisir celle-là. Elle commence au garage Point S de Draguignan où le gérant Fabrice Martin Cochet, suivant un accord national passé entre sa marque et la société FlexFuel, propose une technologie nouvelle : le décalaminage des véhicules à l'hydrogène. Cette solution, mise au point par la société FlexFuel (basée à Sophia Antipolis) et agréée par le ministère des Transports et les bureaux Veritas, consiste à injecter de l’eau déminéralisée sous forme d’hydrogène dans le circuit d'admission d’air, afin de nettoyer les moteurs encrassés. "Mener une opération de décalaminage sur son véhicule, c'est une démarche à la fois économique et écologique, explique Richard Hudry, responsable commercial de FlexFuel. Économique car cela permet de réduire les consommations de carburant de 20 % en moyenne, et écologique car cela limite les rejets de CO2". Le Point S de Draguignan est le seul établissement de la région PACA à proposer ce service, pratiqué sans aucun produit chimique. Une session de décalaminage dure environ une heure et coûte moins d'une cen- taine d'euros, un investissement qui peut vite s'avérer rentable à la pompe.

Cette pratique innovante a intéressé la ville de Draguignan, pour l'entretien de son important parc auto. Et au fil des discussions, le savoir- faire de FlexFuel est arrivé jusqu'aux oreilles des responsables de la Marine nationale, qui ont dépêché l'un de leurs consultants au garage. Avec en ligne de mire la possibilité de faire passer les bateaux par la case décalaminage à l'hydrogène - ce que permet la technologie développée par FlexFuel. Il n'est plus ici question de l'économie de quelques litres de carburant, mais d'économies potentiellement colossales, pour des moteurs développant pas moins de 30 000 chevaux ! Reste maintenant à valider le principe d'essais auprès de la Marine pour passer à la phase opérationnelle. Ce qui permettrait à l'entreprise azuréenne d'afficher une belle ligne sur sa carte de visite, et d'amorcer une diversification vers le monde du nautisme et de la grande plaisance.