Actualités

78 millions de retombées économiques pour le Grand Prix de France de F1

À l’occasion d’une conférence de presse organisée au Palais du Commerce à Toulon, les résultats de l’étude portée sur les retombées économiques du Grand Prix 2018 ont été présentés par le Cabinet Deloitte.

[Photographie : de gauche à droite : François de Canson (CRT), Stéphane Clair (Circuit Paul Ricard), Christian Estrosi (GIP), François Dumont (Département), Jacques Bianchi (CCI Var), Renaud Muselier (Région Sud Paca), Hubert Falco (Métropole TPM).

« Nos prévisions les plus optimistes ont été dépassées » s’est félicité Christian Estrosi, maire de Nice et président du Groupement d’Intérêt Public du Grand Prix de France, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le jeudi 20 décembre à Toulon, au Palais du Commerce et de la Mer.

Selon le Cabinet Deloitte, sur les 78 millions d’euros d’impact économique total, l’impact direct est chiffré à 46 millions d’euros. Il s'agit ici des dépenses effectuées par le public dans les commerces, transports et hébergements. 

Des retombées très positives pour l'économie locale, au regard des 30 millions d'euros investis pour l'organisation du Grand prix, dont 14 millions d'euros de subventions des collectivités locales.

550 emplois créés ou conservés

L'impact économique total est significatif sur l'activité économique et commerciale locale, notamment pour l'industrie hôtelière régionale. Jacques Bianchi, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Var soulignait d'ailleurs "l'effet catalyseur du grand Prix pour le plus grand bénéfice du territoire, notamment les établissements touristiques". Sur les 74 000 tickets vendus pour ce premier Grand Prix de France de Formule 1 depuis dix ans, 43 000 billets ont été achetés par des résidents français qui n’étaient pas originaires de la région PACA. La durée moyenne de leur séjour était de 4,4 jours. 13 500 fans étrangers ont passé 5,6 jours en moyenne dans la région.

Avec 69% de l'impact direct lié aux dépenses des visiteurs, les secteurs de l'hébergement et de la restauration, activités non délocalisables par nature, sont les principaux bénéficiaires du retour du Grand Prix de France de Formule 1 dans la région. 

L'événement a généré des recettes mais a aussi contribué à créer des emplois locaux importants et non délocalisables. Ainsi, 550 emplois ont été créées ou conservés, tous à proximité du circuit Paul Ricard ou dans le départment du Var.