Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des 70 000 entreprises du Var

Basil Gertis "On a les moyens d'être confiants"

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie du Var fait le point sur les grands dossiers d'actualité et revient sur la nouvelle organisation consulaire.
Basil Gertis -soirée RCT Business Club au Palais du Commerce
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Mardi 25 octobre 2022

En cette rentrée 2022, les entreprises varoises sont préoccupées par la flambée des prix de l'énergie. Que peut faire la CCI du Var face à cette situation ?
Le rôle des CCI est d'être une courroie de transmission entre les entreprises et les pouvoirs publics. Dans ce rôle, nous pouvons faire remonter à l'Etat les problématiques rencontrées par les entrepreneurs de notre territoire, notamment ceux qui travaillent dans le yachting, l'horticulture, et de nombreux autres secteurs d'activité. L'Etat a ainsi décidé d'aider les entreprises dont les dépenses énergétiques dépassent 3% de leur chiffre d'affaires. Mais avec le réseau CCI France, nous menons des négociations pour que cela concerne le bilan 2022 et non le bilan 2021, car c'est en 2022 que les prix de l'énergie ont explosé. Nous attendons encore le feu vert de Bruxelles à ce sujet.

 

La rentrée est également marquée par l'inflation ?
Oui, et d'autant plus que le contexte est tendu en ce qui concerne les ressources humaines, avec des tensions sur les recrutements. Cela amène de nombreuses entreprises à augmenter les salaires alors qu'elles connaissent déjà des difficultés. Cela peut avoir des conséquences sur les petites structures qui sont à l'équilibre, les amenant à raboter leurs marges avec le risque de voir leur notation bancaire dégradée.

 

La CCI a aussi un rôle de sensibilisation ?
Oui, bien sûr, nous avons relayé la campagne de CCI France avec le slogan "Au pays des lumières, on sait aussi les éteindre". L'idée est d'inciter les entrepreneurs et leurs salariés à observer des gestes simples, de bon sens, mais qui peuvent participer à réduire la facture énergétique : Au-delà de ces gestes, il y a une réponse technologique, avec la nécessité d'effectuer la transition vers des équipements à fort rendement, mieux utiliser la programmation, etc. Il y a enfin des changements managériaux : un ou deux jours de télétravail par semaine, quand cela est possible, cela permet d'économiser de l'énergie, du carburant. Et c'est une démarche que nous avons choisi de mettre en place pour les équipes de la CCI du Var, ainsi que sur nos infrastructures.

 

Vous avez été élu en décembre 2021, il y a bientôt un an, comment avez-vous imprimé votre marque à la CCI du Var ?
Dans le cadre du plan stratégique que j'ai intitulé Power26, le premier impératif fort était d'être à l'équilibre budgétaire, tout en ne nous privant pas de nos capacités d'investissement - car nous allons avoir de gros besoins dans les années à venir. Nous avons donc procédé à des économies pour nous dégager de la marge de manœuvre. Cela s'est concrétisé par la réduction des frais généraux, avec notamment la limitation des réceptions et des déplacements, à hauteur de 500 000 €. Nous avons aussi augmenté nos revenus, grâce à la vente d'actifs - notamment à Signes - ainsi qu'un chiffre d'affaires en hausse sur les ports. Et les premiers résultats sont là : grâce à la mobilisation des équipes pour tenir ces objectifs, et je veux les en remercier, nous terminerons l'exercice 2022 en positif.

 

La CCI du Var a par ailleurs repensé son déploiement territorial ?
Oui, la territorialité était également l'un des axes forts de ce plan stratégique, avec la volonté d'être sur le terrain, au plus proche des dirigeants et de leurs entreprises. Dans ce cadre, nous avons ouvert trois agences, portant leur nombre à 6 (sans compter le siège de Toulon) : La Garde, Saint-Raphaël, Signes, Brignoles, Draguignan et Saint-Tropez. Nous avons aussi développé 6 permanences, à Aups, Fayence, Sainte-Maxime, La Londe, Six-Fours et Varages.

 

Avec des équipes remaniées ?
La CCI du Var compte aujourd'hui 40 ingénieurs commerciaux et experts métiers qui sont affectés à un secteur géographique particulier, en lien quotidien avec les entrepreneurs de ce secteur, pour les accompagner et leur proposer des services. A eux de se faire connaître et de faire connaître l'offre de la CCI du Var, d'être de véritables ambassadeurs. C'est aussi ce que je demande à nos élus à travers le slogan "Tous ambassadeurs". Car pour être moins dépendante de la taxe pour frais de chambre consulaire, qui a été fortement réduite ces dernières années et sur laquelle planent toujours des incertitudes, la CCI du Var doit apprendre à générer de nouvelles recettes pour renforcer son indépendance et sa capacité d'action.

 

La CCI du Var veut, plus que jamais, replacer l'humain au cœur de la vie économique ?
C'est une dimension à laquelle je suis très attaché : "L'entreprise, c'est l'humain d'abord". Pour renforcer cet aspect et générer de nouvelles mises en relation, nous organisons dès novembre une série de six Speed Business Meetings sur l'ensemble des territoires du Var. Et nous allons lancer prochainement deux clubs d'entreprises, Var Access et Var Premium, avec des offres dédiées et des réductions sur de nombreuses prestations. Patience, nous reviendrons très prochainement sur les détails…