La Présidence

Jacques BIANCHI

MOTS-CLES:

Jacques BIANCHI s'est vu confier la fonction de Président pour 5 ans lors de l'AG d'installation du 22 novembre 2016, en présence de Jean-Luc Videlaine, Préfet du Var.

Portrait d’un dirigeant toujours en première ligne

Homme d’action mais aussi de réflexions et de convictions, Jacques Bianchi aime rassembler et fédérer des hommes et des femmes sur un projet qui lui tient à cœur : l’avenir du Var. Jacques Bianchi est incontestablement un meneur. Au bon sens du terme et selon l’esprit du mot anglais « leader ». On pourrait dire aussi manager, boss, patron, responsable, chef d’équipe, animateur, incitateur, promoteur, inspirateur, pionnier, meneur de jeu… Chacun de ces mots « colle » parfaitement à la personnalité du président de la CCI du Var. Né à Marseille le 15 janvier 1952, Jacques Bianchi est avant tout un chef de famille comblé : époux de Sylvie, père de Sophie, il est aussi le grand-père de Marion et Anthony.

Un patron

Dès 1971, il entre dans la vie active comme contrôleur à l’INSEE tout en poursuivant des études en sciences économiques. Il entre ensuite de plain-pied dans le monde de l’entreprise où il exerce la fonction de directeur d’exploitation dans une société de transports internationaux. Jacques Bianchi rejoint un groupe international de véhicules industriels en 1977. Quatre ans s’écoulent et on lui confie la direction de l’agence toulonnaise du groupe. Plus tard, il rachète l’activité et crée ainsi sa propre affaire, spécialisée dans le véhicule industriel. En dirigeant avisé, il va la développer de Six-Fours à Manosque en passant par Aix-en-Provence. En 2002, il revend une partie de ses activités. A 50 ans, Jacques Bianchi compte en effet s’investir davantage dans la vie économique varoise. Il n’a toutefois pas attendu cette année-là pour s’impliquer au plan local comme le confirment ses engagements extra-professionnels. Depuis 1985, Jacques Bianchi est en effet administrateur de l’Union patronale du Var et en 1987 – il n’a alors que 35 ans - il crée l’association « Les Décideurs économiques varois ». Ce regroupement de dirigeants a pour objectif de réfléchir au développement du département du Var.

Un meneur de jeu

Depuis toujours, cet homme du sud, passionné de rugby et de sport en général, s’intéresse à l’univers du sport et aux valeurs qu’il véhicule. Les similitudes entre le sport et l’entreprise sont d’ailleurs bien réelles : goût de l’effort, du challenge ; de la performance, objectif à atteindre, se battre, gagner, relever un défi, travailler en équipe...En créant avec un groupe de bons copains, l’association Var Game, Jacques Bianchi va réunir en 1986 le monde de l’entreprise et des jeunes talents. Cette structure a en effet pour objectif de parrainer des jeunes sportifs ayant un vrai potentiel. La plupart sont d’ailleurs devenus des sportifs de haut niveau comme Fabrice Santoro, Raymond Roche, Daniel Herrero, Jérôme Gallion, Thierry Magnaldi, Yannick Dalmas, ou encore Pascal Boulanger…Il n’est pas rare de les croiser en sa compagnie et le capital-image des poulains d’hier -aujourd’hui internationalement connus- a probablement servi la notoriété du Var. Fin 1987, Jacques Bianchi va co-présider le Rugby Club Toulonnais dont il est toujours l’un des plus fervents supporters.

Un président expérimenté

Elu en 1992 à la CCI du Var, il y occupe diverses fonctions : Président de la commission des finances, Président de la commission affaires aéronautiques, Vice-Président, jusqu’à en être élu une première fois à la Présidence en 2004. Parallèlement, Jacques Bianchi a été désigné par ses pairs en 2008 à la tête de l’exécutif de la Chambre régionale de commerce et d’industrie Provence Alpes Côte d’Azur Corse. Au lendemain des élections 2010, le président sortant a clairement affiché sa préférence pour le Var en choisissant de consacrer sa fonction de Président à un nouveau mandat à la CCI territoriale plutôt qu’à la CCI Régionale.  S’il n’hésite pas à faire valoir ses idées et ses convictions ; Jacques Bianchi sait aussi écouter et faire preuve d’empathie. C’est sans doute ce qui lui vaut d’être largement apprécié tant au niveau local que régional aussi bien dans l’univers économique que politique ou institutionnel.

Un atout non-négligeable dans l’exercice de son nouveau mandat qu'il souhaite appuyer sur les succès des précédents.